Les Saathides

Les Saathides sont originaires de la planète Baros dans le système de Baros dans le secteur Dominus.

Ils cohabitaient avec la race reptilienne des Brubbs, guerrier habiles, et les humains de la communauté du Saat Mat, collectivistes fervents. Habitants primordiaux de la planète avec les Brubbs, cette communauté a cultivé un ensemble de rites et de croyances basé sur l’entre-aide et la solidarité ainsi que sur la transmission de ces valeurs, valeurs qui prenaient tout leur sens quand on se rend compte des rigueurs dans lesquelles est plongée Baros. Les Saathides considèrent que le monde fonctionne comme un gigantesque circuit liant chaque chose dans un cycle de parfaite symbiose et qu’en tant qu’être vivant, ils se doivent de ne pas déranger ces cycles. Cette croyance vient de la particularité de leurs culte  : Le Saat Mat, qui est un regroupement de moine dont le rôle est de guider les Saathides en observant le cycle afin de les guider au mieux. Complètement apolitiques La plupart des moines se contentent en réalité d’une vie de méditation et d’altruisme, conseillant les Saathides et organisant les mœurs de la société. Un petit groupe néanmoins parmi ces moines étaient sensibles à la Force, bien qu’ils ne l’interprétaient pas ainsi, appelés veilleur, leur étude de la force poussa les Maitre de ce culte vers une forme de prescience qui permettait au peuple de survivre à la rigueur de Baros et de prévenir les querelles qui auraient étés destructrice pour une communauté si petite compte tenu des affres de leur monde natal. Ils acquirent la réputation locale d’être également des juges de véracité, détectant le mensonge, aidant ainsi le système judiciaire Saathide à appliquer sa loi au mieux.

Lorsque Palpatine prit le pouvoir, Baros débutaient leur ère spatiale, et la technologie devenant de plus en plus présente, l’ensemble de rite et de culte tombait dans la superstition que dans la pratique, les vigiles diminuaient. Lorsque les Hutt vinrent recruter des guerriers Brubbs et humains, la planète connu une ouverture sur la galaxie, la planète accueillit ainsi une population diversifié venant de la bordure extérieure. Le temple de part sa philosophie devint de plus en plus un lieu de méditation, ou de repentir, préservé par les fiers Saathides. A la chute de l’Empire, le culte reprend de l’ampleur dans la vie des Saathides et aide celui-ci à ériger un gouvernement centralisé qui organisé la planète pour garder son indépendance. Le gouvernement est composé de Brubbs et de Saathides qui coexistent suffisamment bien pour que peu à peu les Brubbs mélangent leur culture guerrière aux collectivistes Saathides. Le Saat Mat est définitivement mis de côté dans la vie politique de Baros, ce dernier réprouvant les armes et voulant se fermer à la galaxie, chose impensable pour les élites politique de Baros. Le culte devint finalement un patrimoine culturel ou l’on envoyait les oisifs, et les clandestins. Mû par cette éternelle compassion, le temple s’érigea ainsi en hospice et en orphelinat.

Vint finalement la dernière guerre Sith. Au début, les Barosiens furent mercenaires. Le Saat Mat tenta de les prévenir quant à la folie que cela allait être de devoir affronter les Siths. En appelant à leurs plus anciennes croyances, ils rappelèrent ce que représentait l’abomination de la rupture d’un cycle pour voir la vie se diriger vers un vide infini. Les vigiles désespérés devant la décision des dirigeants Barosiens décidèrent d’emporter avec eux ceux qui croyaient en eux pour les préserver du massacre et organiser une nouvelle vie. Seulement quelques centaines de milliers de personnes acceptèrent le voyage vers Saath Prime, une planète que les veilleurs disaient avoir vu. Mais même entre eux, il y’avait une querelle quand à la position à adopter, et finalement seulement une vingtaine de veilleurs restèrent défendre la planète. A la fin, seulement survécurent pour rejoindre les survivants sur Saath Prime, la planète de leur vision.
Ces moines survivants traumatisés par la destruction de leur planète trouvèrent eux aussi Saath Prime, dans le système de Esfandia, leurs récits sombres du cycle de la vie rompu à volonté pour asseoir une puissance phénoménale asservie à la mort les avait changés. Leurs dons avaient sauvés quelques vies et trouvés une planète, et leur permettait de prendre un nouveau départ plus saint, plus pieux. Ils devinèrent la menace que représentèrent les justes lorsqu’ils vinrent se débarrasser des Siths, ils parvinrent à s’en protéger en cultivant l’habitude du secret, mais également l’utilisation active de leur capacités. Ils ne verraient plus pour fantasmer quand à la beauté que représentait le cycle de la vie, mais pour le protéger de la rupture, et de la destruction. Grâce à leur culture de mercenaire, le Saath Mat apprit à se défendre. Les Vigiles eux, développaient leur talent dans l’optique de pourvoir au besoin d’une catastrophe imminente. Ils vécurent ainsi cachés pendant une centaine d’années. Malheureusement, une population si basse ne pouvait survivre. La plupart des Saathides furent encourager à chercher leur compagnon dans la galaxie et de ne revenir qu’avec un être qui ne les trahiraient pas et qui permettrait de perpétuer la pensée Saathides. Ainsi ils développèrent un culte très fort du voyage initiatique, celui-ci étant associé avec l’idée de la possibilité de fonder un foyer. Les Vigiles tendirent plusieurs fois à disparaître lorsque les sensibles à la forces se faisaient rare, et dans ce cas, les vigiles allaient chercher des gens sensible à la force pour les former à l’art de la perception du cycle de la vie, et ainsi, de pouvoir toujours perpétuer leur savoir et leur mission de Veilleur du cycle.

Actuellement la société Saathides est organisé par un collège d’élu qui porte le nom de Saath Mat, nom donné par déformation puisque ce nom était à l’origine reservé au culte. Le Saath Mat est élu pour une durée de 20 ans. Il rassemble en son sein 32 élus désignés sur la même génération pour être représentatif de leur peuple. Le tirage qui se faisait autrefois avec l’aide de l’observation des cycles est devenue aujourd’hui une démonstration de force, rare marque d’égo possible dans cette société. Les 300 élus se découpent ensuite ainsi  :

-Collège de la Mémoire (10 élus) *Il s’occupe principalement de l’éducation des Saathides. En effet les Saathides sont élevés en collectivités accompagné par des nourrices qui s’occupent du développement des enfants. Ils ne sont pas pour autant retirés aux parents mais l’obligation d’assister à la formation de la mémoire oblige dès l’âge de deux ans à intégrer les crèches prévues. Elles se chargent d’y dispenser une éducation qui censé se charger d’éviter le développement de travers moraux. Le compagnon non-Saathides peut avoir du mal à accepter ce fait si il n’est pas prévenu.

-Collège de la Tradition (10 élus) *S’occupe principalement de coordonner les citoyens avec les lois, l’application de celle-ci, l’administration.

-Collège du Progrès * S’occupe principalement des sciences, et de manière générale de la culture.

Ces collèges sont subdivisés en dizaine d’enclaves qui assurent une gestion uniforme du peuple Saathides.